fbpx

BIOGRAPHIE

LALANNE François-Xavier et Claude

François-Xavier et Claude Lalanne sont un couple d’artistes-sculpteurs français. François-Xavier Lalanne est né à Agen; à l’âge de 18 ans il s’installe à Paris et étudie la sculpture, le dessin et la peinture à l’Académie Julian. Il côtoie plusieurs personnalités s’inscrivant dans la mouvance surréaliste telles que René Magritte ou Salvator Dalí. En 1952 a lieu sa première exposition de peinture et c’est lors de celle-ci qu’il rencontre sa future femme. Claude Lalanne est née à Paris, elle étudie l’architecture à l’École des Beaux-Arts et suit une formation à l’École des Arts décoratifs. En 1956 François-Xavier et Claude Lalanne débutent leur collaboration artistique. En 1964, leur première exposition commune a lieu dans la galerie « J » de Jeanine Restany, elle s’intitule « Zoophites ». Les Lalanne n’ont jamais exposé séparément, bien que leurs œuvres ne soient pas communes et peuvent être considérées individuellement, un fil commun relie leurs créations et constitue un hommage à la nature et à la beauté. Tous deux se rejoignent dans l’idée que les œuvres d’art peuvent avoir une fonction, d’ailleurs ils s’amusent avec cela lors de la réalisation de leurs sculptures. Leur univers s’inscrit dans une mouvance surréaliste, leurs créations sont très oniriques et entre faune et flore on retrouve des moutons, des hippopotames, des oiseaux et encore bien d’autres bêtes servant de lampes, bureau ou bar. François-Xavier Lalanne se fait connaitre grâce à ses moutons ainsi que le « rhinocrétaire », un secrétaire en bronze en forme de rhinocéros qui le font se démarquer auprès du public français. Les clients les plus connus des Lalanne sont nombreux et l’on retrouve parmi eux les Rothschild, les Noailles ou Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, avec qui Claude Lalanne collabore à plusieurs reprises. François-Xavier Lalanne décède en 2008 à Ruy ; deux ans plus tard une rétrospective est consacrée au couple au Musée des Arts Décoratifs à Paris. En 2019 Claude Lalanne décède à Fontainebleau.

LES OEUVRES

Retour haut de page